Un petit partage?

mercredi 24 avril 2013

Interview - Lionel, un diplomate français en Suède

2 commentaires :
 
Bonjour,

Voici une toute nouvelle interview, merci à Lionel de s'être prêté au jeu. Il est français, vit depuis peu en Suède et travaille en tant que conseiller presse et communication à l'Ambassade de France à Stockholm. On y parle de son travail, de sa vision de la Suède mais aussi de sport, de tennis et de Stefan Edberg.

Ton premier contact avec la Suède?
"Très jeune, en fait, j'avais 7-8 ans, j'étais passionné de tennis, et pour moi, la Suède c'était d'abord Edberg! Je me souviens de toutes ses finales à Wimbledon, de sa défaite à Roland Garros en 1989 contre Chang, une immense désillusion! Je pouvais rester des heures devant la télé, sans bouger, à admirer sa volée de revers! J'avais même une photo de lui, en grand format, dans ma chambre, prise sur le tournoi de Monte Carlo en 1993. La Suède, c'était Edberg, l'élégance, le fair play, le calme et la force mentale!"


Est-ce que ta vision de la Suède aujourd'hui est très différente de celle que tu avais enfant?
"Disons que, aujourd'hui encore, je continue de regarder ce pays avec beaucoup de curiosité et d'admiration, un pays qui jouit, à l'étranger, et en France en particulier, d'une excellente image, un pays qui a su surmonter une crise sérieuse au début des années 90, tout en préservant des éléments importants de son modèle social. En cela, la Suède est une source d'inspiration intéressante en Europe, non pas un modèle à transposer car nous avons tous nos spécificités, mais un exemple à analyser avec beaucoup d'attention."

En quoi consiste ton travail de conseiller presse et communication à l'ambassade de France en Suède?
"Rendre compte à Paris des éléments les plus saillants de la vie politique suédoise, en analyser les évolutions, les principaux débats. Une dimension importante de ce travail consiste aussi à promouvoir, par des contacts réguliers avec des journalistes, avec des thinks tanks suédois, les positions du gouvernement français sur une série de sujets, européens et internationaux notamment. Nous sommes également  très actifs pour renforcer la relation bilatérale entre nos deux pays, dans sa dimension économique en particulier, car la Suède est un partenaire essentiel pour la France, responsable notamment de 100 000 emplois dans notre pays, et qui offre d'importantes potentialités pour nos entreprises. Diplomatie publique, diplomatie économique, diplomatie numérique, ce sont là trois priorités essentielles."

D'un point de vue purement professionnel, quel est ton meilleur souvenir en Suède?
"C'est assez difficile de répondre car cela fait moins d'un an que j'ai pris mes fonctions à Stockholm, mais très récemment, nous avons organisé la venue en Suède d'une réalisatrice française, Andrea Rawlins-Gaston, qui a présenté dans un cinéma de Stockholm puis au Parlement suédois son documentaire sur le viol, à partir de témoignages bouleversants de femmes ayant été victimes d'un viol, et les débats que nous avons eus ont été particulièrement riches. En Suède, comme en France, à peu près au même moment, se sont développés des mouvements portés par la société civile et relayés par les pouvoirs publics, pour dénoncer le silence qui, trop souvent encore, entoure le viol. C'était particulièrement important et enrichissant de discuter, dans une perspective franco-suédoise, de ce défi commun pour nos sociétés et de rappeler l'engagement de nos deux pays en matière de défense des droits de l'Homme en général et des droits des femmes en particulier. Même la télé suédoise a couvert cette projection, c'était un moment très fort!"

D'un point de vue personnel maintenant, quel est ton meilleur souvenir de la Suède?
"Ce que j'aime par-dessus tout en Suède, et notamment à Stockholm, c'est cette combinaison harmonieuse entre la lumière, l'eau, la nature, ce sont ces paysages à couper le souffle, les rochers du Bohuslan, derrière lesquels surgissent soudain une petite maison en bois rouge, ces plaines immenses recouvertes de neige et balayées par le vent qui font la joie des skieurs de fond l'hiver... Et en même temps, je reste très humble car j'ai peu voyagé encore dans ce pays et il reste de nombreux endroits que je voudrais découvrir, l'île de Gotland, le grand Nord... J'écoute avec beaucoup d'admiration les récits des Français que je croise, et dont beaucoup ont une connaissance incroyable de la Suède, construite à partir de voyages répétés jusque dans les coins les plus reculés et hostiles... Je suis encore très loin de ça!"


Un regret peut-être?
"Non aucun! Ou un seul peut-être... Toujours lié au tennis... J'avais 8 ans, je participais à une compétition et le vainqueur avait le droit de taper quelques balles avec Edberg, qui était venu à Aix-en-Provence pour une exhibition avec son compatriote Anders Jarryd.... J'avais perdu en finale! Donc si Edberg lit cette interview et qu'il veut me donner une deuxième chance.."

Et en parlant de Stefan Edberg, il habite à Växjö, pas loin de chez moi !

Hej då,

Léon

2 commentaires :

  1. Bonjour,

    Etant donné l'intitulé de ce blog, je ne sais pas comment j'ai pu ne pas tomber dessus avant !
    En tous cas merci pour l'interview. Je me demandais quand elle avait été réalisée et si cette personne se trouvait toujours en poste :) ?

    Bonne continuation dans l'écriture,
    Aude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aude, merci pour ton commentaire. Oui, Lionel semble toujours travailler à l'Ambassade. Tu peux me contacter en privé (leon.fuchs at homtail.fr) si tu as des questions plus précises. Cordialement, Léon.

      Supprimer

 
© 2012. Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff