Un petit partage?

mercredi 19 juin 2013

The dark Side of the moose

15 commentaires :
 
Hej alla,

La Suède, en y vivant, j'ai appris à la voir différemment et je me suis rendu compte qu’elle était bien différente de ce que l’on pouvait croire. Bien entendu, les tendances générales comme l’écologie ou la parité sont justifiées, mais les mises en pratique sont vraiment différentes de ce que j'imaginais. Ce pays présenté comme parfait, toujours en tête des classements mondiaux et cité comme exemple est en fait bien différent de ce que l'on peut penser à l'étranger. 

La Suède est souvent utilisée comme modèle lorsqu’il s’agit de parler d’immigration. Un pays accueillant? Un pays ouvert? Vraisemblablement, mais aussi un pays incapable de gérer l’immigration et d’offrir une vraie situation aux arrivants de plus en plus nombreux et qui se regroupent entres eux. Certains parlent même de communautarisme et de ghettoïsation, et je crois qu’ils n’ont pas tout à fait tort. Cette situation mènera surement tôt ou tard à des problèmes très importants et une fracture sociale de plus en plus prononcée. 

Et que dire maintenant de la culture dans ce pays ? Bien sûr, des personnes talentueuses sont reconnues à ce niveau-là, comme Bergman par exemple, mais sérieusement, j’ai été surpris par certains caractéristiques de nos jours. J’ai même presque envie de dire que la culture des jeunes suédois n’est qu’une "parodie de culture" et une pâle copie de la culture mainstream. Ce pays qu’est la Suède, c'est "How I met your mother?", Iphone et Converse à volonté ! Pourquoi ? Pour faire comme les gentils américains, idoles incontournables et rarement remises en question. 

Cela m’a beaucoup dérangé, et c’est malheureusement la même chose au niveau musical. Fan de musique live, j’ai vraiment été déçu par les goûts musicaux de mes amis suédois, tous fans des grosses stars internationales et incapables d’apprécier un groupe non commercial. 

Les filles, présentées comme les plus libres du monde en font parfois un peu trop et peuvent se comporter de façon très froide. Elles peuvent être a peu près aussi chaleureuses et lumineuses que l'hiver nordique, c'est dire ! Mais elles peuvent aussi prendre les devants et offrir un coup à boire aux garçons. C’est donnant donnant. Les garçons, eux, n'osent pas s'affirmer du fait d'un égalitarisme presque maladif et sont eux aussi en manque de personnalité chronique. 

Et c'est quoi aussi cette peur de se mettre en avant et de s'affirmer face aux autres dans la société, sous prétexte qu'il ne faut pas se sentir supérieur? Mais je crois qu'au niveau mentalité, le plus surprenant reste tout de même ce respect incroyable des règles. S’il y a une règle, même si c'est la plus bête, il est impossible de la remettre en question. On respecte et on se tait.

Quoique, la consommation machinale d'alcool est aussi stupéfiante. La semaine, les habitants sont des saints, ils mangent bien et ne boivent pas du tout. Le weekend, comme les loup-garous au soir de pleine lune, ou peut être plutôt comme des robots pré-programmés, ils se transforment en bêtes assoiffés d'alcool et boivent d'une façon effrayante. Enfin boire ? Picoler, avaler, engloutir plutôt. Et pas question de savourer, pas le temps. Et pour en revenir aux loups-garous et aux robots, je m'excuse auprès d'eux pour cette comparaison peu flatteuse. 


Quant aux résultats écologiques exemplaires... Et bien vous savez quoi? Ils ne sont seulement possibles du fait de la pression politique. Il suffit de regarder l'état lamentable des parcs les lendemains de fête pour comprendre le réel intérêt écologique du pays. Des écolos ? Non, des rigolos !

Enfin, je ne préfère même pas aborder la question des droits du peuple Sami, tellement la situation est désolante ! 

Bien sûr, tout cela est à prendre au second degré et n'est que fiction. Toute ressemblance avec la réalité serait simplement le fruit du hasard. Enfin, peut être pas tant que ça...

Article écrit sous la puissante influence de l'auteur assez spécial Carl-Johan Vallgren et de son ouvrage "För herr Bachmanns broschyr" (1998). 

Plus sérieusement, cet article est à prendre avec du recul et le but est de taquiner un peu. Je crois qu’en tout ce qui concerne l’environnement, le socialisme, la paix sociale et tous ces contes de fées, on en attend parfois un peu trop de la Suède et quand on se rend compte de la vérité, ça déçoit un peu. La Suède est certainement différente mais peut-être pas de la façon qu’on voudrait. Peut-être qu’on essaye pas assez de les comprendre et qu’on ne fait que chercher ce que l’on veut. Et quand on remarque que ce qu’on cherche n’existe pas vraiment, on ne s’intéresse plus à la réalité. J’ai même un ami suédois qui me dit avoir aucune idée du fameux modèle suédois et qu’il ne comprend pas pourquoi on en fait tout un plat à l’étranger, c'est dire !

Hej då, 

Léon

15 commentaires :

  1. Démêler le vrai du faux? C'est interessant, tu mix des critiques que j'ai pu lire, alors vrai ou faux tout ça? un peu des deux? ça donne a réflechir, surtout pour les fanas comme moi !!!
    Mais par contre j'aime bcp ton titre !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, un peu de vérité, un peu de provocation, beaucoup d'exagération. Ton expression "démeler le vrai du faux" me va très bien. :)

      Supprimer
  2. Of course, it is all a myth. Socialists, environmentalists, clean-leaving enthusiasts, dreamers, wankers you all need fairy tales to believe in. So what do you do? You put your hope in Sweden and its people. There is no end to the praises, whatever the question Sweden is the answer. But when your dreams and hopes come crashing down, when you discover we are not like you wanted us to be, you bad mouth us for not being something we never were. We are different all right but not the way you wanted to, instead what really is different about us now is what is so horrible. You never wanted to get know us, never wanted to understand us or even really tried. Instead, you just looked for what you hoped existed and got disappointed. The dreams and myths you created yourself and so desperately wanted to believe in, falls apart. Your childish hearts brake and what do we get? We get fucked in the arse. Over and over again. And do you now what? WE do not like it.
    /Matias

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hej Matias.

      Your comment may be a bit harsh, but I can understand and it's really interesting. Please don't take it too personally. Thanks for saying what you, as a Swede, think. I am a bit surprised by your reaction, because you know how I like Sweden. I'm just trying to provoke and to tease a little bit, in order to create a different article, in order to be original and to bring a new point of view. My article is ironic and I think my reader can understand it. I'm not insulting Sweden, I'm just trying to show something different. I'm just trying not to love your country without asking any questions. I still have a positive idea of Sweden and I'm still trying to discover your country.. Its not easy to understand a different mentality, but believe me, I do my best to be fair and realisitic.

      PS: my childish heart is fine, thank you ! :D

      Thanks again for your honesty!

      Léon

      Supprimer
    2. Hej!

      Yes I understand that your article was on the exaggerated and ironic side, and me too I exaggerated and I was way too harsh as a response on what you wrote.

      Do not see my comment as a response to your article per se, but an angry reaction on all complaints about Swedes as persons I hear all the time.

      I never agree or even recognize the positive views from outsiders of the Swedish system and mentality of the society. In fact, “the Swedish system” or “le modèle suédois” is something other countries promote and talk a lot about. I have no clue what it is really.

      Instead, when our personal traits are discovered, traits that I do recognize and feel are accurate in general, we are spit upon for not living up to an image outsiders keep alive. It is not very fun to be praised for something you do not feel is true and be mocked upon what is.

      Especially I am disappointed when Sweden does a lot for other nationalities and welcome them to us in our own way. Yes what we offer is fine but the way we offer it and the way we are is not good enough. That just makes me sad and angry.

      Swedes try very hard to adopt to others and get lost in the way but I see very little of others trying to overlook that what we offer is not offered with a smile.

      Instead, what we do and say is interpreted in the same framework as from where the interpreter comes from. And of course the interpretation will turn out skewed. The same way to act does not mean the same thing depending on cultural context.

      Further, trying to explain everything with nationality is very strange. Sweden consist of many individuals and not everything each individual does can be explained by nationality even if the behaviour is common.

      Concerning les filles suédoise, I am very surprised by the myth. I have always been. When I was in France for example I tried to explain that it was just not true. However, it was impossible. Les gars wanted badly to believe it ;)

      I am frank with you as I know you have put a lot off effort into getting to know Sweden and its people. Maybe what I say can help you further. At least, now you know more about my dark side ;)

      Vänligen,

      Matias

      Supprimer
    3. Matias, your comment is really interesting and I learned a lot thanks to you. I mean I've heard of a lot of things in Sweden about the topic, but you are really talented to put words on it. Thanks again for your time and your frankness :)

      Supprimer
  3. Purée, ton article me donne envie d'écrire un truc similaire pour la Norvège (enfin, peut-être moins "violent" quand même). Mais c'est vrai qu'avec les idées reçues, y a de quoi faire.
    Intéressant aussi l'échange juste au-dessus !

    PS : Comme Nico, fan de ton titre

    RépondreSupprimer
  4. "Violent" ? Mais non mais non, un peu provocateur peut être ! ;)

    Les commmentaires de Matias sont vraiment sympas ouai !

    Léon

    RépondreSupprimer
  5. C'est amusant de voir les similarités avec le Danemark !
    Bon je n'y vis que depuis un petit mois, il est un peu tôt pour tirer des conclusions mais c'est amusant. Amusant, intéressant et effarant en même temps.
    Merci pour cet article :)

    RépondreSupprimer
  6. bonjour Léon! je viens de découvrir ton blog (grace un article sur "les alsaciens dans le monde", je viens de la région de Colmar comme toi je crois) je vis en Suède depuis 30 ans, je lis avec plaisir tes impressions sur mon "vieux nouveau" pays. L'article taquin me donne des tas d'associations et puis il y a ce groupe ecolo francophone qui est en train de se former à Stockholm. Si tu veux je te montrerai où. Quant à la musique mes fils te recommandent un groupe d'amis "join the riot" par exemple leur "Ménage à trois", peut etre que tu vas aimer...
    Simone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Simone, merci pour votre commentaire.
      Je viens de Thann si vous connaissez mais ce n'est pas trés loin de Colmar.
      J'ai été contacté par ce groupe mais vivant à växjö, c'est un peu compliqué pour moi d'y faire un tour. Habitez vous à Stockholm?
      Merci pour la musique, je vais écouter cela de suite.
      Bonne journée et merci encore,
      Léon.

      Supprimer
  7. Beaucoup de choses à dire sur cet article. Il y a des choses très vraies dans ce que tu dis... d'autres un peu plus discutables à mon sens. Ce que tu dis sur la non-maîtrise de l'immigration ("on accueille tout le monde parce qu'on est GENEREUX, mais comme on n'a pas vraiment les moyens de donner un logement et un emploi digne de ce nom à tous ces arrivants, on les parque dans des cités et on les laisse végéter aux allocs"), bien que peut-être un peu moins prononcé qu'en France, est très vrai. Il faut quand-même relativiser sur la ghettoïsation... sur le plan géographique par exemple, elle me paraît moins prononcée qu'en France : Rosengård est un quartier de centre-ville, pas la banlieue lointaine de Malmö. Le très critiqué Rinkeby est à moins de 20 minutes en métro de T-Centralen, et c'est direct. Ce qui n'empêche pas les problèmes de se développer, comme on a bien pu le constater l'an dernier. Et là où je te donne raison, c'est que c'est une bombe à retardement.

    Sur la culture, il y a une partie où je suis d'accord avec toi : l'américanisation rampante. Elle se constate partout en Suède et en toute chose, y compris sur le plan alimentaire, où les muffins géants viennent parfois remplacer les kanelbullar... c'est triste, mais c'est, je crois, un problème difficile à éviter pour un pays occidental de 9 Millions d'habitants, à la langue rare, dans un monde globalisé. Difficile de résister à la culture dominante, surtout lorsqu'on en est matraqué à la télé parce que, pour des raisons évidentes de budget vu le "faible" nombre de téléspectateurs (7 fois moins que chez nous), on préfère prendre des émissions étrangères - donc souvent américaines - et les sous-titrer à l'arrache que de produire entièrement des émissions soi-même (ça coûte cher et c'est dur à rentabiliser).

    Je suis moins d'accord avec toi sur les goûts musicaux des suédois... personnellement j'ai bien plus trouvé chaussure à mon pied en Suède qu'en France, y compris avec nombre de groupes locaux. Une radio comme Bandit Rock me manque atrocement en France et elle passe un grand nombre de groupes de rock et de métal suédois. J'aimerais qu'on puisse, en France, se vanter d'une scène capable de créer des Johnossi, Mustasch, Crashdiet, Dia Psalma, Raubtier, Hellacopters, Yngwie Malmsteen, Hardcore Superstar et j'en oublie... même si on reste loin du talent des islandais qui, avec 300 000 âmes, se montrent capable de donner des leçons au monde entier sur certaines scènes (post rock en particulier).

    Ce que tu dis sur les rapports filles/garçons est très vrai. Je n'ai pas grand chose à y rajouter ni à y retirer. Et j'avoue que c'est moyennement ma came mais que veux-tu... nous avons été élevé dans une autre culture. il y a, de ce point de vue, une vraie différence entre le style "méditéranéen" auquel nous appartenons (même à Lille, si si) et le style nordique et c'est vrai qu'il faut y être bien préparé parce que ça fait bizarre.

    Pareil sur l'alcool où je te rejoins... on pourrait discuter longuement des avantages/inconvénients du Systembolaget d'ailleurs... nécessaire dans cette culture du binge drinking ou au contraire, problème de plus ? (les prix délirants encouragent à aller au plus cheap, faut avouer...) En tout cas c'est pas joli-joli, une cité étudiante au petit matin le week-end...

    (je continue sur un deuxième post, j'ai encore des trucs à dire !)

    RépondreSupprimer
  8. (suite et fin)

    Là où je te rejoins moins, c'est sur le besoin maladif et légendaire des suédois de ne pas se mettre en avant... honnêtement j'ai l'impression que la jeune génération a rompu assez radicalement avec cette tradition. Les étudiants suédois que j'ai pu fréquenter étaient tout sauf discrets et timides. Pour moi, la Jantelagen a vécu et me semble en voie d'abolition de fait. Mais il est vrai que malgré tout, cette mentalité du "pas de vague, ne te sens pas supérieur et même, si possible, sens toi inférieur" a fortement modelé les consciences scandinaves depuis des siècles... il y a qu'a voir le niveau de sweden-bashing de la part des Suédois eux-même... à les écouter, ils vivent dans le pire pays d'Europe : le plus inégalitaire, le plus raciste, le plus matchiste, le plus homophobe, le plus ruiné, le plus sous-éduqué... la réalité est toute autre mais il n'y a pas plus dur envers la Suède qu'un Suédois... à part peut-être un danois ou un finlandais. :D


    Mais tout ça ne doit pas nous faire oublier qu'il s'agit d'un pays fabuleux (et magnifique), peuplé de gens géniaux (et de cons aussi, comme partout), avec plein de choses chouettes qui font qu'une fois qu'on n'y est plus, on n'a qu'une idée en tête : y retourner !

    RépondreSupprimer
  9. Allant en Suède depuis ma plus tendre enfance (binationale), je dois avoir une vision pas très objective du pays, et puis je n'ai pas cette intégration que tu as en vivant là bas. Mais je rejoins ton avis sur plusieurs choses.

    L'immigration visible d'abord. Il n'y en avait quasiment pas quand j'étais petite, et elle devient de plus en plus importante au fil des années. Les problèmes d'intégration allaient forcément surgir (avec une montée de l'extrême droite concomitante), et d'un autre côté, on ne peut pas leur en vouloir. La Suède n'est pas un pays avec une culture d'immigration forte comme la France par exemple, et le changement est extrêmement rapide.

    L'américanisation, que je déplore, est effectivement bien présente. Pas grand chose à faire malheureusement. Mais il y a quand même une bonne culture littéraire et musicale suédoise. (cinématographique aussi sûrement mais je m'y connais moins)

    Quant à l'alcool... La question récurrente du maintien ou non du System Bolaget (à noter que le système s'est considérablement assoupli au fil des ans: auparavant, on choisissait l'alcool sur le catalogue disponible en boutique, on allait au comptoir quand notre numéro était appelé, et ils allaient cherché les bouteilles. Maintenant, on peut déambuler parmi les rayons et choisir soi-même les bouteilles!).
    Je me souviens d'une anecdote de ma mère (française) qui visitait mon père (suédois), alors étudiant à Umeå. Comme il y avait énormément de queue au System Bolaget le vendredi (pour la consommation du weekend), elle allait acheter l'alcool le lundi, pour le weekend suivant. Elle passait alors pour une alcoolique, parce qu'il n'était pas concevable que l'alcool acheté puisse être consommé ultérieurement et non pas le soir-même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey Skorpan, merci pour ton commentaire, c'est super intéressant d'avoir ta vision des choses. Merci aussi pour ta petite anecdote, je ne savais pas que Systembolaget fonctionnait de la sorte auparavant, tu m'apprends quelque chose. A bientôt ! Léon.

      Supprimer

 
© 2012. Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff