Un petit partage?

vendredi 31 janvier 2014

Interview: Le TRYO de GUIZMO: Musique, Ecologique, Nordique

3 commentaires :
 
Tjena, 

Pour la première interview de l'année 2014, j'ai le plaisir de vous proposer une interview inédite de Cyril Célestin, alias GUIZMO, le chanteur, compositeur, auteur et guitariste emblématique du groupe TRYOL'auteur des très célèbres chansons "L'hymne de nos campagnes", "La main verte" et "La misère d'en face" n'a pas hésité à se prendre au jeu et a nous parler de sa vision du monde d'aujourd'hui, notamment de ce qui se passe en Laponie et en France. Une belle interview en somme, et avant tout une belle rencontre, en espérant qu'elle aide à donner encore un peu plus d'échos à ces causes qui nous sont chères. 


Voici ce qui ressort de notre entretien téléphonique réalisé le vendredi 17 janvier 2014.  

Salut Guizmo, pour commencer et aller directement au fond des choses, peux-tu nous dire ce que tu penses de ce qui se passe en Laponie? Qu'est ce que cela t'inspires? 

Salut Léon, c'est avant tout quelque chose qui m'attriste personnellement et c'est à chaque fois un pincement au coeur que de voir toutes ces terres jusqu'au aujourd'hui épargnées se faire grignoter et piller pour différentes raisons. En plus, en Laponie, ce n'est pas qu'un problème écologique puisque cela concerne aussi l'un des rares peuples autochtones d'Europe, les Sames. C'est triste. Et le plus dur, c'est que c'est un phénomène qui ne se passe pas qu'en Laponie et qui se généralise et affecte toute la planète. Préserver ces grands espaces, c'est vraiment un combat qui me tient à coeur mais c'est un combat très difficile. J'aimerais que mes enfants, et surtout que leurs enfants à eux puissent connaitre ces grandes étendues et ces traditions ancestrales. 

Oui, mais ne penses-tu pas justement que de nos jours, nous devrions aussi prendre exemple sur ce peuple Same qui arrive à mêler tradition et modernité tout en respectant l'environnement? 

Oui, c'est sûr, c'est une vraie source d'inspiration et je tiens à répéter que c'est ce vers quoi on doit tendre. On n'a plus vraiment le choix en fait, il est vraiment temps de tirer la sonnette d'alarme et de réaliser ce qui est en train de se passer. Il est temps de se bouger et observer ce type de civilisation peut vraiment nous aider à comprendre comment mêler la technologie à la protection de l'environnement. Cela me fait notamment penser au film de Corto Fajal (que j'avais interviewé ici), avec cet éleveur Same semi-nomade vivant de manière traditionnelle mais utilisant aussi une motoneige pour se faciliter la tâche. D'une certaine manière, c'est exemplaire et très intéressant. 


Et en plus, cela se passe en Europe, tout près de chez nous et dans un des pays les plus modernes au monde... C'est pas un peu surprenant, paradoxal? 

Oui, c'est vraiment dommage. On peut vraiment s'identifier à ce peuple Same, à ces personnes qui quelque part nous ressemblent. C'est plus facile de se mettre à leur place puisqu'ils viennent de notre continent. Ce n'est pas comme si ils venaient de l'autre bout de la planète. Quand on voit des documentaires sur le sujet, on voit parfois des petits blonds aux yeux bleus, cela nous touche de prêt et c'est du coup encore plus difficile à accepter. Mais d'un autre côté, cela pourrait nous aider à alerter le grand public en mettant en avant cette ressemblance, ces choses qu'on a en commun. Il faudrait plus d'informations et plus de reportages dans les journaux télévisés, en alarmant par la beauté, si je peux m'exprimer ainsi. 

Pour en revenir à Tryo, vous essayez de changer les choses et d'alerter les gens, vous travaillez avec Greenpeace notamment et vous avez aussi fait une tournée "écolo" il y a peu, mais sérieusement, faire des tournées, de la musique et protéger l'environnement, c'est pas un peu contradictoire à première vue? 

Si, si, c'est vrai et c'est pour ça qu'on a décidé d'aller plus loin et de réduire notre impact durant nos tournées. On a demandé un bilan carbone pour chiffrer l'impact écologique de nos concerts, notamment au niveau des transports et des salles. Depuis, on a mis en place notre propre site de covoiturage pour encourager les gens à venir ensemble à nos concerts, on favorise le tri sélectif, on utilise des verres lavables et on pousse les gens à manger local. C'est un bon début et cela marche plutôt bien. Mais après, nous ne sommes qu'un groupe de musique et on ne peut pas changer les lois. Il faudrait aller plus vite et pousser à la réflexion au niveau planétaire. Nous, on essaye en tout cas de faire de notre mieux à notre niveau.


Un peu plus globalement, Tryo s'est aussi engagé aux côtés du peuple autochtone Awá au Brésil...

Oui, nous nous sommes engagés il y a quelques temps aux côtés de Survival, une ONG dont l'objectif est la défense des droits des peuples autochtones. Ce qui se passe au Brésil, avec ces indiens vivant sous la pression constante des bûcherons et des fermiers qui envahissent, spolient leurs terres en usant de violence est quelque chose d'inacceptable. Le gouvernement ne fait pas grand chose pour les protéger alors que certains parlent même de génocide. C'est un pillage collectif et un nouveau combat à affronter. Même si la mobilisation est très forte au niveau mondial, les dernières nouvelles sont assez difficiles à entendre. 

Sinon, plus globalement, que connais-tu aussi de la Scandinavie et de la Suède?    

Ah, la Scandinavie, ça me fait directement penser à la littérature nordique, à ces polars et ces romans écrits par des gens aux noms incroyables. J'ai beaucoup aimé la trilogie "Millénium" du suédois Stieg Larssson mais aussi la série télévisée "Borgen" qui se déroule si je ne m'abuse au Danemark. J'aimerais beaucoup y aller mais il y fait froid quand même (Il rigole). Je plaisante. Ce serait d'ailleurs un plaisir de faire des dates comme ça avec Tryo mais cela dépend beaucoup de notre emploi du temps et de nos disponibilités. 


Et en Scandinavie, aussi, même si tout n'est évidement pas parfait, les gens essayent d'avancer ensemble et de ne pas toujours s'opposer pour un oui ou pour un non. Le concept de consensus est plus important et cela diffère pas mal de la France au final non? 

Oui, encore une fois, je suis assez d'accord. Cela ne nous ferait pas de mal d'aller voir au nord ce qui s'y passe et de nous laisser un peu influencer par ces mentalités différentes, certainement plus solidaires. Malheureusement, en France, il y a de moins en moins de solidarité, en tout cas au-delà de la Coupe du Monde et le contexte politique est très dur. Le peuple est de plus en plus divisé avec une extrême droite de plus en plus influente, une droite de plus en plus à droite et une gauche qui en fait n'en est pas une. On le répète, mais il faudrait vraiment se réunir face aux difficultés, accepter les différences et surtout arrêter d'avoir peur de l'autre. Heureusement, il reste des choses positives avec notamment un secteur associatif qui porte le flambeau plus que jamais. 

Enfin, peux-tu nous dire quels sont tes projets pour plus tard? Comptes-tu faire une chanson sur la situation des Sames en Laponie? 

On va bientôt reprendre la tournée avec Tryo. Sinon, concernant la chanson sur les Sames, on a déjà le titre "Abdallah" qui pourrait assez bien coller. Elle rend hommage à un touareg du Niger dont le mode de vie est mis en péril par les mines d'uranium à ciel ouvert d'Areva. Mais en fait, avec Tryo, on chante avant tout sur nos rencontres, sur du vécu. Mais après tout, oui, pourquoi pas? Rien n'est exclu. Enfin, j'aimerais reparler du film de mon ami Corto Fajal et vous encourager à le regarder, c'est vraiment quelque chose de très beau et qui vous fera peut être réaliser vraiment ce qui se passe autour de nous.  

Voilà pour cette interview ! Encore merci à toi Guizmo, c'était vraiment un plaisir, et merci aussi à François qui m'a bien aidé en coulisse. 

Pour les retardataires, voici mes différents articles sur la situation des Sames en Laponie: 


Pour aller plus loin:
Le site officiel de Tryo
La page Facebook de Guizmo
Crédits photos: Danielito Bravo

Et vous, qu'en pensez vous de tout ça? 

A bientôt, 

Vi ses ! 

Léon 

3 commentaires :

  1. Super cette interview ! Félicitations ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Très bonne interview, surtout sincère et sans faux semblants!

    C'est intéressant cet histoire de tournée plus écologique, je ne savais pas, bel effort!

    RépondreSupprimer

 
© 2012. Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff