Un petit partage?

lundi 24 mars 2014

Långfärdsskridskoåkning - L'activité suédoise au nom le plus fou?

Aucun commentaire :
 
Hej hej, 

Du fait d'une météo bien plus froide en hiver, il existe des activités extérieures spécifiques aux pays nordiques, Suède, Finlande et Norvège en tête. Je ne parle ici pas de ski, de snowboard, de luge, de chien de traîneaux, de motoneige mais bien de "Långfärdsskridskoåkning", une activité on ne peut plus typique au Nord de l'Europe. Vous ne comprenez pas ce mot, sachez que c'est normal. Vous n'arrivez pas à le prononcer non plus, pas de soucis, parce que moi aussi j'ai du mal. Littéralement, cela veut dire "Patinage longue distance" et pour que vous compreniez mieux le concept, laissez moi vous raconter ma première fois. Un moment inoubliable, exceptionnel et surtout éprouvant! 

Credits: Helena Wahlman/imagebank.sweden.se

La veille au soir, un ami suédois m'appelle et me propose de me rencontrer le lendemain pour faire un peu de sport à l'extérieur. C'est l'hiver, mais n'étant pas frileux, pas de problème. Il me précise que c'est très tôt le matin et qu'il faut que je me prépare à l'avance. Curieux, je sens qu'il va me proposer quelque chose d'original et je me demande bien ce qu'il a derrière la tête. Je comprends qu'il parle de faire du patinage sur un lac, mais cela ne va pas vraiment plus loin. Je comprends aussi que cela risque d'être assez sportif, étant donné qu'il ne souhaite pas emmener ses 2 fils, eux qui nous accompagnent toujours quand on fait du sport. Je suis de plus en plus suspicieux. Enfin, je comprends que ce ne sera pas non plus totalement sans danger au moment où il me dit que je vais devoir fabriquer une espèce de bouée de sauvetage avec mon propre sac à dos. Quand je lui demande des explications, il me répond en rigolant qu'il est trop tôt pour en parler. Peu importe, je suis un peu surpris mais je lui fait confiance et je décide d'accepter. 

Après une courte nuit, il vient me chercher aux aurores (pas boréales pour le coup) le lendemain matin et me sourit en coin comme il sait si bien le faire. Il est clair qu'il ne veut pas en dire plus sur ce qu'on va faire mais me redemande tout de même si j'ai bien apporté mon sac à dos et si son contenu est vraiment étanche. La tête encore un peu dans les nuages, je réponds que oui et la voiture démarre, direction le lac. Une fois sur place, il me dit de m'habiller chaudement et de sortir de la voiture. Jusque-là, rien d'anormal. Il ramène le matériel que l'on va utiliser et c'est à ce moment précis que je comprends doucement ce que l'on va faire. Je le vois revenir avec des lames tranchantes, des bâtons équipés de pics et des espèces de cordes avec des petits crochets au bout. Je comprends maintenant pourquoi il ne voulait pas m'en dire plus, il avait tout simplement peur que je sois découragé et que je refuse de venir. 

Après avoir vérifié avec son bâton si la glace était assez solide, il m'aide à m'équiper tout en m'expliquant à quoi servent les différents accessoires. Rapidement, les lames sont à fixer sous les chaussures et font office de patins, les bâtons servent à tâter la glace et les crochets sont à utiliser si on tombe à l'eau. Oui, c'est rassurant n'est-ce-pas? Il me raconte que cela lui est déjà arrivé de passer à travers la glace il y a quelques années mais qu'il a réussi à s'en sortir assez facilement grâce à son bon matériel. Il souligne qu'il ne faut pas paniquer et que les gestes brusques ne feront qu'empirer la situation. Certes. J'écoute et j'essaye de mémoriser ce qu'il me raconte autant que possible. Bizarrement, ce côté aventurier me donne maintenant encore plus envie de m'y mettre et de me jeter à l'eau. Enfin, je ne sais pas si cette expression est vraiment appropriée dans ce contexte, mais trêve de bavardages, il est temps de commencer à patiner.

Credits: Wikipedia Multiskates

Je me lance, je ne suis pas trop rassuré au début mais je progresse vite. La sensation de glisse est assez différente de celles que je connaissais auparavant mais il est vraiment facile de prendre de la vitesse et de parcourir des distances importantes. Même si mon style n'est sûrement pas le plus gracieux, j'arrive rapidement à suivre mon ami qui lui est vraiment très à l'aise. Je réalise rapidement que cette pratique est bien plus proche du ski de fond dans l'esprit que du patinage artistique ou du hockey sur glace, et je comprends donc aussi la nécessité d'avoir des chaussures différentes. Même si il est tentant d'aller vite, il faut aussi faire attention à regarder où l'on met les pieds. Parfois, il faut même s'arrêter et passer comme l'on peut d'une plaque de glace à une autre. C'est impressionnant de voir concrètement que les lacs ne sont pas tout à fait lisses mais constitués de plusieurs couches pouvant se chevaucher à un endroit ou à un autre. Mais plus généralement, c'est encore plus incroyable de se dire que l'on est entrain de s'amuser à glisser sur un lac qui était encore à l'état liquide il y a peu de temps. La nature ici m'étonnera et m'épatera toujours. 

Un peu plus tard, toujours sur ce fameux lac, je me sens encore plus à l'aise et je profite. Il fait beau et le soleil matinal brille dans le ciel. Ce dernier est tellement clair que j'ai parfois l'occasion de le voir refléter sur la glace. Cela crée une drôle de sensation et on aurait presque l'impression de flotter dans les airs de temps à autre. On se sent seul au monde et mis à part le bruit des patins, tout est vraiment calme alors que la journée ne fait que commencer. On passe aussi à côté de très belles petites cabanes situées au bord du lac. Certaines sont fermées et attendent l'été, d'autres semblent plus entretenues. On peut même voir un petit sauna et la fumée sortir de la cheminée au loin, mais on n'aura pas le courage d'aller jusque là-bas. Après deux bonnes heures, il est temps de regagner la terre ferme et d'arrêter de patiner. Les premiers pas sur terre sont assez spéciaux mais rapidement, tout redevient normal, comme si il ne s'était rien passé, comme si tout cela n'était qu'une banale petite parenthèse. Une petite parenthèse nommée "Långfärdsskridskoåkning", qui n'a pas un nom très charmant mais qui restera dans ma mémoire encore longtemps.


Allez,

A bientôt, 

Léon 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

 
© 2012. Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff