Un petit partage?

mardi 13 mai 2014

Traverser la Laponie suédoise, une bien belle expérience !

6 commentaires :
 
Tjena, 

Après quelques semaines passées à vagabonder en Laponie suédoise à la rencontre des populations locales, il est temps pour moi de commencer à prendre du recul et de mettre des premiers mots sur ce que j'ai vécu là-haut. Pas que cela soit facile, bien entendu, mais étant donné ce que j'ai eu la chance d'expérimenter, je me suis dit que ce serait trop bête de ne pas en partager au moins une petite partie avec vous! 
Nikkaluokta, un ancien village Same proche du Kebnekaise 

Mais avant d'aller plus loin, laissez moi brièvement remettre les choses dans leur contexte et vous présenter les ingrédients nécessaires pour effectuer un tel voyage. Tout d'abord, il vous faudra une région toute particulière, le Sapmi, terre ancestrale du peuple Same; pays nordiques, la Suède, la Norvège, la Finlande; 5 moyens de transport, le train, la voiture, le bus, les pieds, le vélo; 2 types de logement: l'auberge de jeunesse et l'habitant pour environ 4500 kilomètres parcourus. Ajoutez y 8 étapes et bien plus de villes et de villages traversés, des dizaines de rencontres, des tonnes de neige, des litres de glace, de la nourriture typique, des endroits merveilleux et des moments inoubliables. Mais surtout, n'oubliez pas de saupoudrer le tout avec des histoires, des traditions, des points de vues, des questions difficiles, un peuple autochtone, une constance recherche de légitimité, du partage et un peu d'échange pour rendre ce voyage bien plus vrai et intéressant.

Frontière entre la Suède et la Norvège 

Vous l'aurez compris, traverser la Laponie suédoise d'Est en Ouest et surtout du Nord au Sud est quelque chose d'assez unique, surtout en partant sans aucun itinéraire fixe et sans moyen de locomotion précis. Même si cela n'a pas toujours été simple et que j'avais envie d'abandonner a peu près toutes les 5 minutes, je suis fier de mes choix et d'être parti avec le sac sur le dos en me déplaçant au feeling et au jour le jour. C'est vrai, cela a pu ajouter un peu de stress, surtout quand on a une recherche à élaborer en même temps, mais ce fut aussi un moyen merveilleux d'ajouter un peu d'aventure et de flexibilité à mon voyage. Et puis, même si ce n'était pas ma première fois en Laponie, loin de là, j'ai surtout eu le sentiment de vivre quelque chose de différent et cela pour plusieurs raisons.  

Une fin de journée à Jokkmokk, au coeur de la Laponie 

Tout d'abord, j'ai eu le droit à une Laponie métamorphosée après l'avoir quitté lors de mon dernier voyage sur la terre du peuple Same. J'ai expérimenté une Laponie plus ensoleillée et avec une lumière incroyable de très tôt le matin à très tard le soir, avec des nuits devenant de plus en plus courtes et de moins en moins sombres. Chose surprenante, j'ai aussi eu la chance de voir une petite aurore boréale pendant la nuit du 19 au 20 avril. Enfin, j'ai même eu l'occasion de vivre des couchers de soleil surréalistes avec en face de moi un astre bien rond et flirtant avec l'horizon pendant des heures.

Un bien beau coucher de soleil à Kiruna 

En plus de ça, la Laponie m'a aussi offert son lot de situations plus ou moins impromptues. Je pense notamment au fait d'avoir pu voir des avions et des planeurs s'envoler et atterrir à même la glace, de prendre la voiture avec le président du parlement Sami de Suède ou de rencontrer des rennes et des élans au bord de la route et d'avoir eu l'opportunité, dans certains cas, de rester un petit moment à leurs côtés. 

Oui, tu peux te retourner, c'est bien de toi que je parle!

Pour revenir à l'itinéraire en lui même, tout a commencé à Kiruna, une ville que je connais maintenant plutôt bien pour y avoir été plusieurs fois durant mes premiers voyages au Nord de l'Europe. Après quelques escapades à Nikkaluokta, Karesuando et Narvik et après avoir passé plus de jours que prévu dans la plus grande ville minière de Laponie, j'ai décidé sur un coup de tête de mettre le cap au Sud vers Jokkmokk, situé juste au-dessus du cercle polaire arctique. Une ville où j'ai eu pour la première fois le sentiment d'être au coeur de la Laponie et du territoire Same, je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi, bien que le fait de m'être promené dans la nature avec des rennes et des éleveurs à quelques mètres de moi m'aura sûrement influencé, c'est tout à fait probable. Par la suite, après de nombreux cafés offerts par les locaux, hospitalité nordique oblige, j'ai mis le cap vers le Sud-Est et Arjeplog après être passé en vitesse à Arvidsjaur. Je garderai toujours un doux souvenir de cet endroit tant j'ai été bien reçu par une Couchsurfeuse suédoise avant d'être littéralement enchanté par une éleveuse de renne revenant tout droit d'Alsace, prouvant une fois de plus ô combien le monde était petit. Enfin, après m'être remis de mes émotions, je suis allé à Umeå, capitale européenne de la culture 2014 pour terminer mes interviews et mettre un terme à cette phase de recherche sur le terrain.

Une cabane traditionnelle Sami à Jokkmokk

Avec un peu de recul maintenant, je me dis que ce voyage, même si le terme de voyage est un peu trop vague à mes yeux, était avant tout quelque chose de nouveau pour moi. Le fait de partager autant avec les locaux, de discuter, débattre et voir les choses d'un autre angle m'a profondément touché et je me suis souvent senti privilégié du fait de cette proximité. J'y reviendrai plus en détails, mais l'aide des autochtones a été vraiment grandiose et a changé mon escapade du tout au tout. Chouchouté? Bien plus que ça! Il m'en est arrivé des bonnes et j'ai été accueilli comme un roi. En Laponie, c'est simple, j'ai souvent eu ce sentiment idiot qu'il suffisait de se promener seul et d'avoir un gros sac à dos pour que les gens te sourient et s'intéressent directement à toi.

Un chemin un peu innondé 

Enfin, bien que je ne souhaite pas en dire plus sur la raison ultime de cette recherche pour des raisons éthiques évidentes, je pense pouvoir simplifier les choses en disant m'être intéressé à la situation du peuple Same de nos jours. Une recherche sur les autres qui m'a d'ailleurs fait comprendre beaucoup de choses sur moi-même et sur ce monde qui m'entoure. Un voyage différent et une aventure à dimension humaine qui m'a aussi permis de passer derrière le rideau et de développer un regard différent vis à vis de la Laponie, un endroit dont je me sens encore plus proche après tout ça. Des choses, au final, que j'essayerai de vous transmettre dans les semaines à venir, en espérant que vous saurez être patients et toujours intéressés.

Avant de vous laisser, je vous propose de voir mon itinéraire plus en détails pour réaliser où j'ai mis les pieds.  


A bientôt, 

Léon 

6 commentaires :

  1. Whaou, ça donne tellement envie.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'à Jokkmokk on sent quelque chose de particulier :D J'ai beaucoup aimé aussi. En tout cas une bien belle promenade que tu nous raconte là, j'attends la suite :p

    RépondreSupprimer
  3. Toujours autant de plaisir de lire ces récits d'"aventure" surtout dans ces décors magnifiques, et comme l'a dit Marie, ça donne envie d'y aller. Merci Léon pour ce très beau partage. J'ai hâte de découvrir la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ce joli commentaire, à très vite! :)

      Supprimer
  4. Oua... Eh bien je n'ai pas de mot pour décrire ce que j'éprouve après avoir lu cet article. La passion se ressens et se partage. Depuis quelques mois maintenant je me passionne pour la Laponie, c'est devenu un grand rêve.. et à travers vos mots, ce rêve me paraît presque accessible. Vous racontez vos périples comme une Grande Aventure qu'il faut être prêt à tenter. A l'arrivée... Des images incroyables, des amitiés inattendues, et des souvenirs pleins la tête. Je vous remercie pour vos récits qui ne font que décupler mon envie de partir à la découverte de ce monde inconnu.

    RépondreSupprimer

 
© 2012. Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff