Un petit partage?

mardi 10 juin 2014

Arjeplog, le détour inattendu !

4 commentaires :
 
Hej, 

Je vous avais laissé à Jokkmokk après une merveilleuse promenade dans les environs de la ville. Me voici maintenant en route pour Arjeplog, autre petite ville située plus au Sud-Ouest. Je suis en voiture avec une personne un peu spéciale, le Président du Parlement Sami de Suède et je passe le cercle polaire arctique pour la 8ème fois. J'écoute ce qu'il me raconte, je dévore ses paroles, je n'en rate pas une seule miette. Il me parle de la nature, de religion, de politique, de ses ancêtres mais aussi de sa situation de nos jours. Nous roulons sur une route qui sautille fortement par endroit et il y a toujours beaucoup de rennes dans les alentours. Je vois aussi un grand élan en contre-bas et je le regarde. Je crois qu'il me regarde aussi, ou peut-être pas. Nous nous rapprochons des montagnes, nous passons à côté d'un grand barrage, les paysages sont différents et défilent rapidement par la fenêtre. Après 1h30 de trajet et de discussion, il me dépose finalement à Arvidsjaur où je prends le bus pour continuer ma route vers Arjeplog.  


A l'origine, il n'était en fait pas du tout prévu que j'aille dans la petite ville d'Arjeplog mais le destin, une fois de plus, en a décidé autrement. Alors que je cherchais à me rendre dans une ville pouvant me garantir plusieurs rencontres avec des personnes de la communauté Same, Arjeplog fut au final bien plus intéressante que je ne le pensais. Malheureusement, le manque d'hébergement ouvert à cette saison m'a rapidement repoussé puisque la seule auberge était fermée et les hôtels étaient tous très chers. C'est donc très naïvement que je me dirige rapidement sur le site Couchsurfing pour voir si il n'y a pas des personnes pouvant m'aider. Une fois ma recherche effectuée, je vois quelques profils intéressants et je décide de les contacter, non pas pour demander à être logé mais juste pour me renseigner sur la ville. En un instant, je reçois une réponse d'une certaine Sanna me disant directement qu'elle peut m'héberger pour autant de nuitées que je veux et quand je veux. J'ai du mal à y croire, j'en demandais pas tant et à ma grande surprise, je modifie une fois de plus mon itinéraire dans la minute. Etant donné la faible densité de population en Laponie, je ne m'attendais absolument pas à cela. J'avais sûrement oublié que j'étais en Suède le temps d'un instant et que les gens pouvaient être très accueillants. Et puis, il faut aussi parfois savoir se faire aider et ne surtout pas croire qu'on peut tout faire par soi-même non? 


Revenons à Arjeplog. Quand j'y mets les pieds, je n'ai aucune connaissance sur la ville et je ne sais pas du tout où je suis. Je me rends rapidement compte qu'Arjeplog n'est donc pas que le nom d'une certaine lampe IKEA. Arjeplog, c'est aussi Arjepluovve, un ancien village Same où plusieurs éleveurs vivent encore de nos jours. En plus de cela, 2000 personnes habitent dans la ville mais le chiffre peut souvent doubler en hiver lorsque des ingénieurs automobiles du monde entier viennent faire des tests d'adhérence sur les lacs gelés. C'est un peu la fierté de l'endroit et ainsi, les plus grandes marques automobiles européennes et asiatiques viennent tester les nouveaux véhicules dans la région de janvier à mars majoritairement. A noter aussi que le lac Hornavan, le plus profond de Suède avec 228 mètres de profondeur se situe dans les environs. En outre, la commune est aussi la plus riche en eau de tout le pays avec pas moins de 8000 lacs et cours d'eau. 


Une fois sur place, je discute beaucoup avec ma Couchsurfeuse qui a passé toute sa vie ici. Même si elle voyage beaucoup, elle aime aussi sa petite ville natale puisque toute sa famille y réside encore. Elle profite des environs pour faire beaucoup de sport et selon elle, le mois d'avril est clairement l'un des meilleurs de l'année. Les lacs sont encore gelés, il y a encore de la neige mais les températures remontent doucement. Elle aime piquer la motoneige de son frère et aller piloter sur les lacs gelés, pêcher, faire des barbecues, observer les rennes. Le soleil lui a manqué pendant l'hiver et elle fait de son mieux pour rattraper le temps perdu. Elle se moque aussi gentiment quand je lui raconte ma passion pour les aurores boréales et me sort la phrase suivante: "Pour moi, une aurore boréale, c'est un peu comme un arc en ciel pour toi. J'en vois assez souvent, c'est joli mais ça ne va pas plus loin". Je suis scotché, mais je la comprends. Sanna est franche, Sanna est libre. Elle me donne aussi plusieurs conseils pour visiter la région et c'est aussi très intéressant de pouvoir écouter ses différents points de vues sur sur la Laponie. Sur sa Laponie. 


Grâce à Sanna, j'ai notamment l'occasion de monter sur le haut d'une petite montagne pour avoir une vue incroyable sur les environs. De là-haut, je survole la ville et je peux voir à des kilomètres à la ronde. La ville est vraiment toute petite comparé aux grands lacs des environs. Je vois aussi au loin d'autres montagnes et il parait que quand il fait vraiment très beau, il est même possible de voir jusqu'en Norvège. Ce ne sera pas le cas aujourd'hui, mais peu importe. Grâce à Sanna, je vais aussi voir un autre endroit tout à fait remarquable et qui m'a beaucoup interpellé. Sur une petite île accessible seulement par un pont se situent plusieurs cabanes traditionnelles Sames. Il est possible de les visiter librement et même si elles ne sont pas toutes en très bon état, c'est vraiment impressionnant de pouvoir s'imaginer vivre là dedans. Au fond, j'ai aussi le sentiment d'être dans un endroit spécial, chargé d'histoire et de traditions.



Et puis, finalement, à Arjeplog, je pensais aussi visiter le "Silvermuseet" mais cela n'a pas été possible puisque le musée était fermé lors de mon passage. Il a été crée dans les années 1960 par Einar Wallquist, un médecin arrivé dans la région dans les années 1920. Rapidement, ce dernier devient très intéressé par le peuple Same et a même terminé sa vie à Arjeplog, d'où son surnom de "Docteur de Laponie". En plus de cela, il a beaucoup écrit et était aussi parfois considéré comme un artiste. Son musée existe toujours et l'idée de base était de mettre en avant la culture Same à une époque où beaucoup d'autochtones étaient assimilés par la majorité suédoise. Au final, je suis d'autant plus déçu de ne pas pouvoir visiter le musée qu'une éleveuse Same me l'avait conseillé en personne. Une autre fois peut être? Pour me consoler, j'ai tout de même mis les pieds dans le café se situant à côté de l'église et que je conseille totalement si vous passez dans la région. Il propose plusieurs produits traditionnels, de la nourriture de qualité et il y est aussi possible d'acheter des produits locaux provenant directement des élevages des environs. 

Mais le temps presse, je reprends la route direction Umeå, capitale européenne de la culture 2014. Nous sommes le 1er mai, il neige ! 



A bientôt, 

Vi ses ! 

Léon 

4 commentaires :

  1. Merci Léon pour tes récits de voyage et de rencontres. C'est chouette la vie quand on est ouvert aux autres, à soi et à la nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Pascale pour ton commentaire ! :)

      Supprimer
  2. Comme quoi, malgré tout ce qu'on en dit, le couchsurfing continue à réserver de belles et intéressantes surprises.

    Autrement, vraiment un plaisir de lire cet article de bon matin (et ça me donne foutrement envie d'aller faire un tour, moi aussi, en Laponie !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aller en Laponie, c'est tout le mal que je te souhaite ! Merci pour le commentaire ! : )

      Supprimer

 
© 2012. Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff